Contexte du forum


Toutes créatures existent en ces lieux, chaque monde est relié. Ce pensionnat relie tout. D'où venez-vous? Quel sera votre destin?
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le forum est en reconstruction. En joli refresh est en cours ! ~ Merci ♥️


Partagez | 
 

 Contexte du forum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lyssandra Arckshindra
~ Pensionnaire de 3 ème année ~
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 11/01/2010
Age : 26
Localisation : Quelque part, mais bientôt ailleurs...

Feuille de personnage
Sexualité: Hétérosexuel(le)
Situation (sentimentale) de votre personnage: Coeur brisé
Amant(e/s): La Nature...

MessageSujet: Contexte du forum   Mar 22 Mai - 23:25



Par où commencer... A dire vrai, j'ai du mal à choisir. Tout est encore flou dans ma tête... Je me souviens... Oui... Ce portail... Cette journée... Oui, tout me revient à présent...

~

Une journée ordinaire. Banale. Une journée ensoleillée où chacun vaque à ses occupations. Où on travaille, on chante, on comble le vide que serait nos vies si nous y pensions un instant. Le travail et les buts que nous nous fixons sont là pour nous empêcher de penser à notre vaine existence. On m'a dit un jour que nous sommes tous nés condamnés à mort. Cela est vrai. Même pour moi. Mais moi, contrairement aux autres, j'en ai conscience chaque jour qui passe.

Mon réveil fut comme les autres. On a beau dire, qu'on se réveille de bonne ou mauvaise humeur, un réveil est toujours semblable aux centaines d'autres qu'on a déjà vécu. Alors pourquoi ce jour-ci serait différent ? Le soleil dans les yeux, l'odeur piquante des feuilles qui jonchent le sol de la forêt, les bruits étouffés de la vie qui suit paisiblement son cours, la fraicheur matinale sur ma peau et la bouche pâteuse après une nuit blottie entre les racines d'un arbre centenaire. Des sensations que j'ai l'habitude de ressentir chaque matin. Depuis 18 ans... Depuis que j'ai ressuscité... Les étirements qui s'en suivent juste après. La sensation de chaleur qui s'étend dans mes membres au fur et à mesure que la circulation se rétablit. Le petit soupir d'aise avant le bâillement. Puis je me lève. Et me transforme. Change d'état. De nature. D'être. Je ne suis plus moi. Je suis une Dragonne.

Ce matin-là n'a pas fait exception. Les muscles qui tressaillent. La peau qui frémit et ondule. Les écailles qui apparaissent alors que mes os s'allongent. Les muscles du dos qui se développent pour donner naissance à mes ailes. Les crocs qui poussent et jaillissent entre mes lèvres qui déjà n'en sont plus. Le rugissement rauque puis la langue de feu qui jaillit entre mes crocs d'ivoire étincelants. Mes ailes qui se déploient et le vent qui siffle sur mes écailles. La vraie vie quoi.

Rien de tel que de voir le monde d'en haut pour en contempler la beauté sans être importuné par d'autres, moins sensibles à la fragilité de ce monde. Les Humains alors... Un profond soupir sorti tout droit de mon Âme. Enfin, de mes immenses côtes de Dragonne. Le soleil se lève paresseusement. Nous, nous sommes obligés de nous lever en vitesse et à heure fixe, quand lui se lève à son rythme, et en change d'ailleurs selon la saison.

Nouveau soupir. De lassitude. De désespoir. D'ennui. Un plongeon en piqué et me voilà en train d'atterrir en douceur sur l'humus. Mes pattes marquent profondément le sol. Il faut dire qu'étant sous forme Humaine, je suis une plume. Mais laissez moi devenir Dragonne et j'écrase le plus imposant des arbres. Des babines retroussées. Un sourire fugace. Un éclair roux et le bruit léger d'un écureuil qui s'enfuit à mon approche.

Le résumé d'une vie en autarcie.

Puis un bourdonnement. Provenance inconnue. Je m'avance en direction de ce bruit étrange. A pas feutrés bien sûr. Qui pourrait croire que malgré cette apparente lourdeur, je peux être plus silencieuse qu'un écureuil en fuite ? Apparemment pas vous. Mais oui, mes pattes ne me servent pas qu'à déraciner les arbres. D'ailleurs pourquoi ferais-je ça ? La réputation de créatures sanguinaires et stupides que nous ont fait les Humains me rendra décidément toujours perplexe...

Le bourdonnement s'intensifie lentement mais sûrement. S'il avait s'agit d'une simple ruche d'abeilles en folie, elle aurait été toute proche. Mais là, le bruit semblait encore loin. Étrange, étrange... Une Dragonne ne connait pas la peur. Ne vous avisez jamais de dire cela. Surtout devant moi. Je suis méfiante, mais pas peureuse. C'est pourquoi j'ai continué à suivre ce bruit. Si j'avais su que jamais je ne pourrais revenir en arrière... Je me demande si j'aurais continué...

Au fil de mes pas, je me rend compte que je ne suis jamais allée dans cette partie de la forêt. Pourtant je pensais en avoir fait le tour, de long en large et même en travers... Je la connais sur le bout des griffes et pourtant ces arbres aux formes torturées, tous penchés vers la même direction, comme aspirés par le bourdonnement... Je ne les reconnais pas. Un frisson glacé me parcourt l'échine. Je l'ignore bien sûr. Mais avec un léger doute. Généralement, mes pressentiments et mon instinct ne me trompent jamais. Il se trame quelque chose de pas très net dans le coin.

Puis une lueur diffuse qui filtre entre le feuillage dense. Blanche. Dorée. Arc-en-ciel. Magnifique. Une dernière barrière végétale et le bourdonnement devient mélodie. Là, devant moi, un magnifique portail magique. Du moins je pense que c'en est un. Les films et les livres ne sont pas très clairs à ce sujet.

Deux colonnes torsadées d'un blanc immaculé s'élèvent au milieu d'une petite clairière assez sombre. La seule lueur provient du portail qui irradie littéralement. D'ailleurs, ce portail est tellement captivant... Parfait... J'en oublie de regarder plus en détail mon environnement. Erreur de débutant. En temps normal j'aurais fureté pendant au moins une heure dans les alentours pour vérifier que l'endroit est sûr. Mais là non. Pourquoi ? Je ne sais pas. Peut-être parce que l'endroit inspire la sérénité et la douceur, la confiance et la bonté...

Les colonnes attirent mon regard. Un magnifique ouvrage, finement sculpté dans une espèce de pierre lisse et blanche. Pure. Le seul mot qui me vient à l'esprit. Tout le long des colonnes sont gravés de feuilles d'un lierre grimpant qui monte et rejoint son compagnon de pilier au-dessus du portail à proprement parler. Puis je fronce les sourcils. Les colonnes sont en réalité des troncs. De peupliers. Blancs et vivants. Ils semblent âgés et vénérables...

Puis la mélodie se fait plus forte et imposante. Elle est douce, pas du tout agressive ou irritante. Mais elle vous berce l'âme et résonne au même rythme que votre cœur. Une impression de bien-être se glisse en moi, chaude et réconfortante. Une impression d'être enfin rentré à la maison, d'être compris et accepté tel qu'on est... L'envie que tout reste ainsi pour l'éternité... Que la seule nécessité, qui devient absolue d'ailleurs, c'est d'écouter cette mélodie en contemplant le tourbillon coloré. Ce tourbillon qui tournoie entre les arbres-colonnes. Un mélange de couleurs pastels, qui semblent si douces au toucher... De la soie liquide... Et l'odeur de roses qui envahit mes narines sensibles... La mélodie qui devient plus pressante alors que je tend lentement ma patte...

J'effleure finalement le tourbillon et la mélodie explose en une myriade d'étoiles colorées. Elles me semblent cris de joie et de douleur. Hourras de bienvenue et cris d'adieu. Je me sens inexorablement tirée vers le halo scintillant sans que mes griffes plantées dans le sol ne puissent me retenir. Mais pourquoi résister...? J'ai confiance... Une telle beauté, une mélodie si pure et dénuée de malice ne peut me vouloir du mal...

Je me laisse entrainer en fermant les yeux. Confiance. Je crois que c'est tout ce dont le portail avait besoin. Une confiance aveugle. La foi. Une vertu que peu de monde possède encore. Une Élue ? Je ne sais pas, et je ne ferai pas ma prétentieuse en vous le confirmant. Je préfère penser que je possédais juste le nécessaire pour contenter l'esprit du portail. Oui, l'esprit. Alors que mon corps basculait lentement dans l'inconscience, j'ai senti un esprit effleurer le mien. Doux et plein de compassion. D'une sagesse illimitée et plein de tendresse envers ce monde en ruine. Je crois qu'il tentait de sauver ceux qui pouvaient l'être de la perte irrémédiable de ce monde cancéreux.

Je glisse lentement dans l'inconscience. Ou est-ce seulement une impression ? Mon corps flotte et semble ne rien peser. Suis-je encore en Dragonne ? Ou bien suis-je redevenue Humaine ? Je ne sais pas. J'ai l'impression étrange que mes deux formes ne font plus qu'une. Que je n'ai plus à me préoccuper de choisir entre l'une et l'autre. Je me sens si bien... La mélodie est revenue... Elle me berce et me pousse à me rendormir. Alors je devais être éveillée...

Un nouveau réveil. Un de plus. Mais celui-là est différent. J'ai dit que tous les réveils étaient semblables ? Je me suis trompée... Comme quoi, on peut toujours apprendre dans la vie, et comme l'a si bien dit un philosophe Humain "Le plus intelligent est celui qui sait qu'il ne sait pas." Un certain Socrate il me semble. La luminosité n'était pas aveuglante mais plutôt douce et chaleureuse, une agréable odeur de roses mélangée à celle de l'herbe fraichement coupée, le chant des oiseaux et le clapotis de l'eau, un goût sucré sur la langue. Des sensations que je n'ai pas l'habitude de ressentir chaque matin.

J'ouvre les yeux et me lève sans m'étirer. Pourquoi poursuivre un rituel qui vient de se briser si tendrement ? J'observe les arbres inconnus et j'écoute avec attention. Je m'aperçois que je suis toujours en Dragonne. Dans un frémissement d'air imperceptible, la Dragonne devient Humaine. Un pas difficile et chancelant. Le premier de ma nouvelle Vie. Je me retourne et cherche le portail des yeux, quelque chose à quoi me raccrocher pour canaliser l'angoisse qui monte. Rien. Je suis seule et je sens au plus profond de moi que je ne pourrai jamais faire marche arrière.

Un soupir. Le premier de ma nouvelle Vie. Je lève le menton fièrement et carre les épaules. Si je dois finir ma vie ici, autant profiter du temps qui m'est imparti. Je ne suis pas de ces gens qui vont se laisser aller à la peur de l'inconnu. Je suis une Dragonne. Non, pas "une". Je suis Dragonne. Et je ne suis pas une couarde. Non. Jamais.

J'avance alors, chancelante, entre les arbres vers ce qui me semble l'orée, me guidant au léger clapotis et au parfum envoutant des roses... Je sors de la forêt, baignée de lumière.

Une Résurrection ? Une nouvelle Vie ?

Pourquoi pas...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evy Kira
/!\ Admin /!\
avatar

Messages : 309
Date d'inscription : 10/01/2010

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel(le)
Situation (sentimentale) de votre personnage: Célibataire et fier de l'être.
Amant(e/s): Personne en particulier.

MessageSujet: Re: Contexte du forum   Mar 5 Juin - 15:08

Miss, tu peux reposter ton contexte à la suite du mien s'il te plait? Merci Wink

-fais le ménage-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionnatantremonde.forumactif.org
 

Contexte du forum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 1 - Contexte, Groupes, et Guide du forum
» Contexte du Forum
» AFTER THE CONQUEST ▲ contexte du forum.
» Contexte du forum
» Contexte du forum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pensionnat de l'Antre Monde :: administration :: Histoire et Règlements-