Concours important pour la suite de vie de notre forum !


Toutes créatures existent en ces lieux, chaque monde est relié. Ce pensionnat relie tout. D'où venez-vous? Quel sera votre destin?
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le forum est en reconstruction. En joli refresh est en cours ! ~ Merci ♥️


Partagez | 
 

 Concours important pour la suite de vie de notre forum !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evy Kira
/!\ Admin /!\
avatar

Messages : 309
Date d'inscription : 10/01/2010

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel(le)
Situation (sentimentale) de votre personnage: Célibataire et fier de l'être.
Amant(e/s): Personne en particulier.

MessageSujet: Concours important pour la suite de vie de notre forum !   Sam 20 Mar - 20:00

Comme vous pouvez le constater, il y a pas mal de nouveautés sur le forum, surtout niveau design. Mais cela ne doit pas être tout !!

Pour continuer dans la suite de vie de L'Antre Monde, j'ai besoin d'approfondir le contexte du forum. L'histoire même de notre monde si particulier, se doit d'être approfondi. Pour cela. J'ai besoin de vous.

Voici donc un concours des plus simples.
J'aimerai que vous écrivez au "je", votre arrivé dans le monde : "Antre Monde".
Imaginez vous entrain d'écrire dans votre journal intime.

Que faisiez-vous avant de trouver le portail qui vous a amené ici ?
Comment vous voyez le portail ? (Grand, lumineux, sombre ? etc)
Vos sensations à votre arrivé.

Bref, vous voyez le genre...

Tentez de faire le plus de lignes possible, si c'est pour faire 10 lignes qui se battent en duel, cela reviendrai au même qu'au contexte actuel.


Celui ou celle qui me fera le plus "rêver" dans ses écrits, aura la chance de voir son texte prendre place dans l'histoire et contexte du forum.


A VOS PLUMES !!

Postez à la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionnatantremonde.forumactif.org
Lyssandra Arckshindra
~ Pensionnaire de 3 ème année ~
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 11/01/2010
Age : 26
Localisation : Quelque part, mais bientôt ailleurs...

Feuille de personnage
Sexualité: Hétérosexuel(le)
Situation (sentimentale) de votre personnage: Coeur brisé
Amant(e/s): La Nature...

MessageSujet: Re: Concours important pour la suite de vie de notre forum !   Jeu 25 Mar - 20:04

Voilà voilàààà ! Enfin je post >_< Désolée de cet immense retard <_<


~~~~~



Par où commencer... A dire vrai, j'ai du mal à choisir. Tout est encore flou dans ma tête... Je me souviens... Oui... Ce portail... Cette journée... Oui, tout me revient à présent...

~

Une journée ordinaire. Banale. Une journée ensoleillée où chacun vaque à ses occupations. Où on travaille, on chante, on comble le vide que serait nos vies si nous y pensions un instant. Le travail et les buts que nous nous fixons sont là pour nous empêcher de penser à notre vaine existence. On m'a dit un jour que nous sommes tous nés condamnés à mort. Cela est vrai. Même pour moi. Mais moi, contrairement aux autres, j'en ai conscience chaque jour qui passe.

Mon réveil fut comme les autres. On a beau dire, qu'on se réveille de bonne ou mauvaise humeur, un réveil est toujours semblable aux centaines d'autres qu'on a déjà vécu. Alors pourquoi ce jour-ci serait différent ? Le soleil dans les yeux, l'odeur piquante des feuilles qui jonchent le sol de la forêt, les bruits étouffés de la vie qui suit paisiblement son cours, la fraicheur matinale sur ma peau et la bouche pâteuse après une nuit blottie entre les racines d'un arbre centenaire. Des sensations que j'ai l'habitude de ressentir chaque matin. Depuis 18 ans... Depuis que j'ai ressuscité... Les étirements qui s'en suivent juste après. La sensation de chaleur qui s'étend dans mes membres au fur et à mesure que la circulation se rétablit. Le petit soupir d'aise avant le bâillement. Puis je me lève. Et me transforme. Change d'état. De nature. D'être. Je ne suis plus moi. Je suis une Dragonne.

Ce matin-là n'a pas fait exception. Les muscles qui tressaillent. La peau qui frémit et ondule. Les écailles qui apparaissent alors que mes os s'allongent. Les muscles du dos qui se développent pour donner naissance à mes ailes. Les crocs qui poussent et jaillissent entre mes lèvres qui déjà n'en sont plus. Le rugissement rauque puis la langue de feu qui jaillit entre mes crocs d'ivoire étincelants. Mes ailes qui se déploient et le vent qui siffle sur mes écailles. La vraie vie quoi.

Rien de tel que de voir le monde d'en haut pour en contempler la beauté sans être importuné par d'autres, moins sensibles à la fragilité de ce monde. Les Humains alors... Un profond soupir sorti tout droit de mon Âme. Enfin, de mes immenses côtes de Dragonne. Le soleil se lève paresseusement. Nous, nous sommes obligés de nous lever en vitesse et à heure fixe, quand lui se lève à son rythme, et en change d'ailleurs selon la saison.

Nouveau soupir. De lassitude. De désespoir. D'ennui. Un plongeon en piqué et me voilà en train d'atterrir en douceur sur l'humus. Mes pattes marquent profondément le sol. Il faut dire qu'étant sous forme Humaine, je suis une plume. Mais laissez moi devenir Dragonne et j'écrase le plus imposant des arbres. Des babines retroussées. Un sourire fugace. Un éclair roux et le bruit léger d'un écureuil qui s'enfuit à mon approche.

Le résumé d'une vie en autarcie.

Puis un bourdonnement. Provenance inconnue. Je m'avance en direction de ce bruit étrange. A pas feutrés bien sûr. Qui pourrait croire que malgré cette apparente lourdeur, je peux être plus silencieuse qu'un écureuil en fuite ? Apparemment pas vous. Mais oui, mes pattes ne me servent pas qu'à déraciner les arbres. D'ailleurs pourquoi ferais-je ça ? La réputation de créatures sanguinaires et stupides que nous ont fait les Humains me rendra décidément toujours perplexe...

Le bourdonnement s'intensifie lentement mais sûrement. S'il avait s'agit d'une simple ruche d'abeilles en folie, elle aurait été toute proche. Mais là, le bruit semblait encore loin. Étrange, étrange... Une Dragonne ne connait pas la peur. Ne vous avisez jamais de dire cela. Surtout devant moi. Je suis méfiante, mais pas peureuse. C'est pourquoi j'ai continué à suivre ce bruit. Si j'avais su que jamais je ne pourrais revenir en arrière... Je me demande si j'aurais continué...

Au fil de mes pas, je me rend compte que je ne suis jamais allée dans cette partie de la forêt. Pourtant je pensais en avoir fait le tour, de long en large et même en travers... Je la connais sur le bout des griffes et pourtant ces arbres aux formes torturées, tous penchés vers la même direction, comme aspirés par le bourdonnement... Je ne les reconnais pas. Un frisson glacé me parcourt l'échine. Je l'ignore bien sûr. Mais avec un léger doute. Généralement, mes pressentiments et mon instinct ne me trompent jamais. Il se trame quelque chose de pas très net dans le coin.

Puis une lueur diffuse qui filtre entre le feuillage dense. Blanche. Dorée. Arc-en-ciel. Magnifique. Une dernière barrière végétale et le bourdonnement devient mélodie. Là, devant moi, un magnifique portail magique. Du moins je pense que c'en est un. Les films et les livres ne sont pas très clairs à ce sujet.

Deux colonnes torsadées d'un blanc immaculé s'élèvent au milieu d'une petite clairière assez sombre. La seule lueur provient du portail qui irradie littéralement. D'ailleurs, ce portail est tellement captivant... Parfait... J'en oublie de regarder plus en détail mon environnement. Erreur de débutant. En temps normal j'aurais fureté pendant au moins une heure dans les alentours pour vérifier que l'endroit est sûr. Mais là non. Pourquoi ? Je ne sais pas. Peut-être parce que l'endroit inspire la sérénité et la douceur, la confiance et la bonté...

Les colonnes attirent mon regard. Un magnifique ouvrage, finement sculpté dans une espèce de pierre lisse et blanche. Pure. Le seul mot qui me vient à l'esprit. Tout le long des colonnes sont gravés de feuilles d'un lierre grimpant qui monte et rejoint son compagnon de pilier au-dessus du portail à proprement parler. Puis je fronce les sourcils. Les colonnes sont en réalité des troncs. De peupliers. Blancs et vivants. Ils semblent âgés et vénérables...

Puis la mélodie se fait plus forte et imposante. Elle est douce, pas du tout agressive ou irritante. Mais elle vous berce l'âme et résonne au même rythme que votre cœur. Une impression de bien-être se glisse en moi, chaude et réconfortante. Une impression d'être enfin rentré à la maison, d'être compris et accepté tel qu'on est... L'envie que tout reste ainsi pour l'éternité... Que la seule nécessité, qui devient absolue d'ailleurs, c'est d'écouter cette mélodie en contemplant le tourbillon coloré. Ce tourbillon qui tournoie entre les arbres-colonnes. Un mélange de couleurs pastels, qui semblent si douces au toucher... De la soie liquide... Et l'odeur de roses qui envahit mes narines sensibles... La mélodie qui devient plus pressante alors que je tend lentement ma patte...

J'effleure finalement le tourbillon et la mélodie explose en une myriade d'étoiles colorées. Elles me semblent cris de joie et de douleur. Hourras de bienvenue et cris d'adieu. Je me sens inexorablement tirée vers le halo scintillant sans que mes griffes plantées dans le sol ne puissent me retenir. Mais pourquoi résister...? J'ai confiance... Une telle beauté, une mélodie si pure et dénuée de malice ne peut me vouloir du mal...

Je me laisse entrainer en fermant les yeux. Confiance. Je crois que c'est tout ce dont le portail avait besoin. Une confiance aveugle. La foi. Une vertu que peu de monde possède encore. Une Élue ? Je ne sais pas, et je ne ferai pas ma prétentieuse en vous le confirmant. Je préfère penser que je possédais juste le nécessaire pour contenter l'esprit du portail. Oui, l'esprit. Alors que mon corps basculait lentement dans l'inconscience, j'ai senti un esprit effleurer le mien. Doux et plein de compassion. D'une sagesse illimitée et plein de tendresse envers ce monde en ruine. Je crois qu'il tentait de sauver ceux qui pouvaient l'être de la perte irrémédiable de ce monde cancéreux.

Je glisse lentement dans l'inconscience. Ou est-ce seulement une impression ? Mon corps flotte et semble ne rien peser. Suis-je encore en Dragonne ? Ou bien suis-je redevenue Humaine ? Je ne sais pas. J'ai l'impression étrange que mes deux formes ne font plus qu'une. Que je n'ai plus à me préoccuper de choisir entre l'une et l'autre. Je me sens si bien... La mélodie est revenue... Elle me berce et me pousse à me rendormir. Alors je devais être éveillée...

Un nouveau réveil. Un de plus. Mais celui-là est différent. J'ai dit que tous les réveils étaient semblables ? Je me suis trompée... Comme quoi, on peut toujours apprendre dans la vie, et comme l'a si bien dit un philosophe Humain "Le plus intelligent est celui qui sait qu'il ne sait pas." Un certain Socrate il me semble. La luminosité n'était pas aveuglante mais plutôt douce et chaleureuse, une agréable odeur de roses mélangée à celle de l'herbe fraichement coupée, le chant des oiseaux et le clapotis de l'eau, un goût sucré sur la langue.
Des sensations que je n'ai pas l'habitude de ressentir chaque matin.

J'ouvre les yeux et me lève sans m'étirer. Pourquoi poursuivre un rituel qui vient de se briser si tendrement ? J'observe les arbres inconnus et j'écoute avec attention. Je m'aperçois que je suis toujours en Dragonne. Dans un frémissement d'air imperceptible, la Dragonne devient Humaine. Un pas difficile et chancelant. Le premier de ma nouvelle Vie. Je me retourne et cherche le portail des yeux, quelque chose à quoi me raccrocher pour canaliser l'angoisse qui monte. Rien. Je suis seule et je sens au plus profond de moi que je ne pourrai jamais faire marche arrière.

Un soupir. Le premier de ma nouvelle Vie. Je lève le menton fièrement et carre les épaules. Si je dois finir ma vie ici, autant profiter du temps qui m'est imparti. Je ne suis pas de ces gens qui vont se laisser aller à la peur de l'inconnu. Je suis une Dragonne. Non, pas "une". Je suis Dragonne. Et je ne suis pas une couarde. Non. Jamais.

J'avance alors, chancelante, entre les arbres vers ce qui me semble l'orée, me guidant au léger clapotis et au parfum envoutant des roses... Je sors de la forêt, baignée de lumière.

Une Résurrection ? Une nouvelle Vie ?

Pourquoi pas...



~Lyss' la Consciencieuse~


Dernière édition par Lyssandra Arckshindra le Mar 18 Jan - 23:31, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryo Natsumi
~ Professeur d'Anglais ~
avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 11/02/2010
Age : 27
Localisation : Dans une grotte ^^

Feuille de personnage
Sexualité: Homosexuel(le)
Situation (sentimentale) de votre personnage: En quoi cela vous regarde ?
Amant(e/s):

MessageSujet: Re: Concours important pour la suite de vie de notre forum !   Ven 26 Mar - 0:08

J'étais jeune enfin si l'on peut dire cela, j'ai déjà bien vécu plus de cent ans, cent ans passé à voir tous ceux que j'aimais mourir sans que je ne puisse rien faire. Alors que moi je continuais de vivre, dans se monde des humains, ces humains qui ne comprennent pas se que je ressent. J'en étais venu à détester les humains, eux ils pouvaient mourir ils rejoignaient les personnes perdus, moi ? non jamais je ne mourrais je suis un démon, je ne puis mourir. J'ai déjà vécu tellement de vie, je ne sais pas si je pourrais vivre une nouvelle vie comme avant, je ne sais pas si j'en aurais encore le courage, mais je ne peut pas rester dans ce monde pathétique monde, ou ceux qui vivent et meurent peuvent rester ensemble même après la mort. Moi je continuais à marcher plutôt à errer sans but, ici et là sans savoir ou aller mais je continuais de marcher voyant la mort attraper les personne aux quelle je m'attachais chaque personne que je croisais je voyais la mort les arracher de force, que pouvais je faire moi un pauvre démon démuni de toute force, si un pouvoir trois ombres protectrice, mais sincérement elles ne servent a rien pour sauver des vies autres que la mienne. Pendant 50 ans je marchais, seule à la recherche d'une personne capable de m'aider a vaincre la mort elle même, rien en 50 ans je ne trouvais rien d'autre que des pseudos dieux qui se pensait être divins, des incultes ne savent même pas sauver quiconque, rien je n'avais rien trouver, que des mirages, pauvres idées de mon imaginaire, rien d'autre que des reflets de mes désirs.

Je parcourait le monde, on m'avait beaucoup parler de vampire sachant repousser la mort des autres et la vaincre même je n'y croyais bien sur pas mais je me rendis sur les traces d'un vampire qui à ceux dit réussi à sauver sa femme qui étais elle humaine. J'arrivais devant un étrange crotte perdu au fin fond d'une grande très grande forêt personne ne devait vivre la, pourtant à l'intérieur je sentais l'énergie d'un homme, une énergie noir très noire sans doute est ce le vampire que je cherchais, je rentrais donc dedans. Le vieil homme fût surpris de me voir comme si ma présence le choquait, je ne comprenait pas pourquoi il me dévisageait comme cela, je prit mon courage à deux mains et me lança à l'ultime question.

- On m'as dit que vous aviez réussi à sauver votre femme de la mort ? si cela est vrai je vous supplie de me dire comment vous vous y êtes pris.

Le vieil homme me dévisagea de plus belle, soudain il ouvrit la bouche pour me parler.

- Jeune homme sache que jamais tu ne pourras vaincre la mort pour des humains aussi puissant que tu soit, jeune démon tu ne pourras jamais la vaincre et je ne te dirais jamais comment j'ai sauver ma femme, car même si tu le savait tu ne pourrais pas réussir cette exploit, maintenant part d'ici avant que je ne te tue.

Je serrais mes poings, comment pouvait il me dire cela, il ne connaisait rien de mon passer, rien de moi, rien mais une chose me frappa ou étais passer sa femme ? il n'y avait personne autour de nous je le ressentais très clairement, personne au alentour, je fixais le vieil homme de façon trop dur je pense. Sentant mon regard il se jetta sur moi avec la vitesse d'une panthère je ne pût que reculer.

- Jakir, Tamir, Likir A L'ATTAQUE !

Alors en un instant mes ombres protectrice fendirent sur mon assaillant, le bloquant à terre sans qu'il ne puisse bouger le moindre petits doigts, rien ne pourrais le libérer à moins que je ne donne l'ordre aux ombre de le lâcher se que bien sûr je ne ferais pas avant qu'il m'explique comment il avait sauver sa femme et pourquoi elle n'étais pas la. Le vieil homme sentant qu'il ne pourrais rien faire laissa tomber ses bras au sol puis me regardas avec des yeux tellement triste.

- Dites moi comment vous avez sauvé votre femme, il me faut savoir cela, je vous en conjure dites le moi et dites moi ou est votre femme !

Le vieil homme me regardait comme si il voulait pleurer mais il n'y arrivait pas aucune larmes ne coulaient de ses yeux pourtant on sentais l'envie de pleurer monter en lui, que c'était il donc bien passer ? Puis il parla.

- Jeune démon, tu veut savoir comment j'ai fais ? je n'ai rien réussi à faire de bien, je n'ai fais que la transformer en vampire rien de plus c'est pour cela que tu ne pourras jamais y arriver, seule des vampire peuvent transformer des humains en vampires, et encore j'ai échouer. Oui ma femme est devenus arrogante, manipulatrice elle voulait le monde à ses pieds, elle voulait être reine. J'ai dût me résigner à la tuer, je ne souhaitais pas qu'un guerre éclate entre humains et vampires je l'ai donc tuer et j'ai but son sang.

- Bu son sang ? mais vous êtes ignoble, vous l'avez transformer pour la garder mais avez vous pensez que cette vie ne peut être que malheur avez vous demandez son avis à votre femme ? êtes vous capable de vous regardez dans un miroirs ? vous me répugnez au plus au point. Je ne vous tuerez pas vous ne valez pas la peine.

Sur ce je laissais mes ombres le lâchez et commençais à partir vers la sorti de la grotte, soudain en un fraction de secondes le vampire s'étais de nouveau jeter sur moi.

- Occuper vous de lui je ne veut plus le voir.

J'en avais assez, je ne souhaitais pas le tuer mais il allais me tuer je devais réagir et pourquoi me sentirais je mal après se que lui avait fais en tuant sa propre femme, lui laissant un avenir pire que la mort, lui refuser ainsi le repos de son âme me répugnait au plus au point je ne pouvais rester une minute de plus dans le repère d'un fou.

Je continuais mon voyage, je voulais trouver le moyen de sauver les gens que j'aime même si pour cela je devais sacrifier mon âme entière, j'étais prêt à tous pour trouver ce pouvoir, toutes mes recherches ne m'avaient mener nul part mais je ne baissais pas les bras pour autant je savez qu'un jour je trouverais le moyen de défier la mort en face. J'arrivais dans une ville je crois qu'elle s'appelais Trish-town, une chose comme cela, je remarquais déjà rien qu'a mon arriver qu'un champ magique protégeais la ville contre les mauvaises esprits ou mauvaise personnes, je rentrais dans le champ de force sans problèmes, je fût surpris de pouvoir si facilement entrée dans ce champs de force mais me mît en route et entrais dans la ville. Au début tous allait bien mais rapidement je sentais que les villageois se cachaient quand j'arrivais vers eux, je ne comprenais pas pourquoi puis tous me regardaient enfin regardaient mon bras comme si j'avais quelque chose coller dessus, je regardais mon bras est m'aperçu d'une marque qui n'étais pas là avant mon entrée dans la ville.

<< étrange tous cela, peut être comme cela qu'ils voient ceux qui sont différent ici, en tous cas....>>

Je n'eut pas le temps de finir ma phrase que des membres de ce que j'aurais pris pour la police m'avaient entourer me faisant face avec leurs armes lever droit devant moi prêt à passe à l'attaque au moindre de mes mouvement, c'était bien ma veine je m'attirais encore des ennuis, que devais je faire les affronter ou partir. La aussi je n'eut pas le temps de me poser la question qu'un homme qui je croit était le chef de la bande m'adressa la parole.

- étranger, toi qui foule notre terre de tes pieds sales, fais moi connaître ton nom avant que mes hommes ne se fassent un joie de te détruire pour en finir une fois pour toute avec toi.

- écoutez je ne suis pas la pour faire des histoire je ne fais que passer, alors auriez vous la politesse de demander à vos homme de bien vouloir baisser leurs armes, et je me présente Ryo Natsumi je ne suis pas venu me battre je ne fais que passer alors laisser moi en paix.

- En paix ? tu veut rire toi qui est un ennemie de Trish tu croit que nous allons te laisser partir comme cela et mettre le désordre dans la ville, tu utilise des mots bien sage pour un être aussi répugnant que toi, comme ose tu dire que tu ne nous veut aucun mal alors que tu porte la marque des bannis, la marque des Fictifs, tu n'est qu'un monstre et tu vas disparaître ici et maintenant.

- écoutez je ne vouais pas en venir la mais vous ne me laissez pas le choix, JAKIRE, TAMIR, (je donnas mes ordres en pensant) faites diversion mais surtout ne tuez personne je ne veut que vous faisiez de mal à personne.

Alors que j'avais cirer le noms de mes ombres elles étaient apparus devant moi lançant un nuage de fumée qui me permit de fuir en me faufilant derrière une maison, je courus. Après quelques minutes je m'arrêtais devant une auberge et me rappelais se que l'homme m'avait dit, je portait la marque des fictifs mais qu'est ce que c'étais que ces fictifs ? je n'en avait aucune idées mais une chose étais sur je ne ferais pas long dans cette ville, alors que je déchirais un morceau de ma veste et que je l'enroulais autour de mon bras histoire de cacher cette marque, un vieil homme m'approchas et me parla.

- Jeune homme tu es un fictifs n'est ce pas ? ne t'inquiète pas je ne préviendrais pas les autorités de ta présence ici car voit tu ( il me montras alors sur sa jambe la même marque que moi) je suis aussi comme toi, je suis aussi un fictif.

- Mais dite moi grand-père qu'est ce qu'un fictif ? je ne comprend pas du tous que se passe t'il ici dans cette ville de fous j'arrive pour me reposer et je me fais attaquer par des gardes ? mais que se passe il ici mon dieu expliquer moi.

- Alors comme cela tu ne connais pas les maudits, se que l'on appelle les fictifs ? nous somme des personnes aux pouvoirs magique comme toi qui ont été bannis par le roi de la ville, le roi est un être vile qui s'acharne sur la ville et qui fais croire que toutes personne portant ces marque sont maudites et qu'elles méritent la mort, voila pourquoi personne ne fais rien pour détrôner le roi malgré notre bonne volonté. Cette marque nous privent de nos pouvoir mais j'ai vus que toi ce n'étais pas le cas, s'il vous plaît jeune homme aidez nous à détruire le roi maléfique, je vous en prie.

- Je suis désolé mais tous cela ne sont pas mes histoires je ne peut rien pour vous vieil homme.

Sur ce je partais en direction de la sortie du village, arrivant vers la sortie je remarquais qu'un groupe de soldats étaient en train de malmener un jeune garçon, un enfant, je remarquais alors la marque sur son cou. Cet enfant était un fictif et les gardes le maltraitaient par pur plaisir, la rage me montais au yeux, ils s'en prennent même au enfants, bande de lâche je ne peut laisser faire cela, ce ne sont peut être pas mes histoires mais je ne pouvais m'empêcher de porter secours à cet enfants.

- Alors gamin, pauvre monstre tu croit que tu peut partir comme cela sans que l'on ne te disent rien ? mais tu rêve tiens prend sa une bonne gifle te remettras les idées en place.

Alors je lançais un caillou sur la main du garde qui me regardait avec mépris comme si je lui avais ôter sa sucette qu'il s'apprêtait à mettre dans sa bouche.

- Bande de lâche, vous attaquez à un enfants comment osez vous vous regardez dans un miroir le matin après cela je vous jure.

- Hé toi vient un peu par la on va t'apprendre à empêcher l'exécution d'un fictif, tu vas nous le payer cher espèce de petit microbe.

- Si c'est un fictif que vous voulez venez un peu par là (j'enlevais alors le bandage de mon bras laissant voir ma marque au soldat qui sourient et se lancèrent sur moi) alors voila vous avez un fictif.

-Sale monstre vient voir un peu ici je vais te défonc.......

Je ne lui laissais pas le temps de finir sa phrase que mon pied avait détruis sa mâchoire, puis je m'approchais du deuxième lui collant mon pied dans les partis intimes puis dans l'estomac, le troisième me regardais avec peur et prit ces jambes à son cou en criant que j'étais bien un monstre, je récupérais le seau prêt de moi et lui l'envoya sur la tête d'un petit coup de pied. Il ne restait plus que le garde au belles paroles qui se relevait déjà mais a moitié en sang, je le regardais d'air de mépris puis il ouvrit la bouche.

- Tu me le paieras, tu vas voir je vais aller chercher le roi qui viendras personnellement t'arrêter pauvre microbe.

Sur ce il s'en allas,j'aidais le petit à se remettre sur ces jambes et il me remercia pour se que j'avais fais malgré le faite que je ne voulais pas me mêler à leurs histoire, maintenant j'allais avoir tous l'armée royale à mes trousses du coup je ferais mieux d'aller mettre un déculotter au roi pour ainsi éviter toutes les poursuites qui m'attendais. Je partais donc en direction du château et entrais après plusieurs combat dans la salle du trône, je remarquais qu'a part le roi il n'y avait personne dans la grande salle du trône, bizarre tous cela puis du fond j'entendis un voix très dur et arrogante.

- Alors comme sa c'est toi celui qui se met à frapper mes gardes ? comment ose tu te jouer ainsi de mes lois et des mes chevaliers, jeune démon tu est bien plus fort que la plupart des jeune magiciens et démon du royaume, toi tu arrive encore à utiliser tes dons alors que personne d'autre n'y arrivent je te félicite. Cependant tu ne possède pas encore asser de force pour te mesurer à moi.

Alors que je ne m'étais aperçus de rien, je sentis que j'étais projetter en arrière, j'alla me coller contre le mur je ne pouvais plus faire le moindre mouvement, rien a part parler rien d'autre mais que m'arrivait il pourquoi mon corps refusait il de bouger ne serais qu'un muscles, cela m'énervait au plus haut point.

- Laissez moi descendre... je ne vous laisserez jamais toucher à d'autres enfants de cette ville, vous ne ferez plus de mal à quiconque.

- Du mal ? mais je leurs apporte la paix, la paix de la mort comme je vais te l'apportez à toi aussi et les enfants les petits enfants sont tellement plus tendre que les adultes, si tu savais comme je les aimes, mais tu ne sauras jamais parce que tu vas mourir ici même, jeune démon impudent attrape cela LANCE DE LA DESTINE; TRANSPERCE!!!!!!

La lance fonçait droit sur moi, je regardais alors le roi qui avait un sourire au lèvre puis je l'imitas.

- Tu crois que ton minable tour de magie marche sur moi ? DÉTROMPE TOI !!!!!!!

La lance finit par s^écraser contre le mur au dessus de moi, il ne pensait pas que depuis tous ce temps j'avais fais semblant d'être sous son emprise afin de pouvoir connaître ses plans, maintenant que je savais qu'il dévorait les villageois et en particuliers les enfants je ne pouvais le laisser vivre, je courus alors sur lui, lui qui restait alors pétrifier de peur que ces pouvoirs soit sans emprise sur moi, je lui envoya un coup de poing dans la mâchoire puis lui envoya de volé un coup de pieds directement dans le ventre, il se relevas avec difficulté mais me lança d'un air arrogant

- Pauvre fou, tu crois pouvoir me battre avec si peu de force, après en avoir fini avec toi je détruirais cette ville et mangerais tous ces habitants en commençant par les enfant et je contrôlerais le monde ensuite, AHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAH JE SERRAIS LE MAITRE DU MONDE !!!!!!!!!

- JAKIRE, TAMIRE; LIKIRE FINISSEZ MOI CET HOMME QU'IL N'EN RESTE RIEN DU TOUS JE NE VEUT PLUS JAMAIS QU'IL FASSE SOUFFRE D'ENFANTS TUEZ LE !!!!!!!!!!!

Sur ce je partis en direction de la sortie et fini par atteindre les portes de la ville j'avais détruis le roi et les habitants pourrais vivre maintenant en paix sans que quelqu'un leurs disent quoi faire peut être cette légende des fictifs continuerait d'exister mais une chose était sure, ils ne toucheraient plus aux enfants. Je commençais à partir quand le vieil homme de la dernière fois apparut devant moi.

- Merci de la part de tous, merci d'avoir tuer le roi et de nous avoir tous libérer, regarde ton bras jeune homme la marque as disparus, en tuant le roi tu en as tuer aussi cette maudite malédictions tu nous as tous sauver, les vieux comme les enfants grâce a toi nous pourrons vivre en paix.

- Pff ce n'est rien.

Je regardais ma main et remarquais que la marque avait belle et bien disparue, mais comme je disais tous cela n'est pas mon histoire je continuerais de chercher, le pouvoir qui me permettrais de redonner la vie et de défier la mort elle même. Tous en partant je regardais le vieille homme qui me faisait signe pour me dire au revoir, avec lui le petit garçon que j'avais sauver me saluait aussi, je leurs retournas leurs salut et repartis sur le champ jusqu'à ce que leurs visage ne soit plus visible.

Je repartis donc à la recherche de nouvelle informations, j'arrivais dans une petite clairière, elle étais illuminer par les rayons du soleils qui traversaient les feuilles des arbres et faisaient briller le milieu du bois ou alors est ce autre chose ? Je me rapprochais pour contempler se qui brillais au milieu du bois, c'étais une sorte de cercle de pierre illuminer de part en part par une sorte de lumière blanche que je n'avais jamais vu ailleurs, bizarre que chose pareil soit dans une forêt mais je me souvient avoir déjà entendu parler d'une chose pareille, c'étais une sorte de faille dimensionnelle et que si on y rentrais on ne ressortais plus jamais. Est ce peut être la réponse à mes soucis, le moyen de fuir ce monde que je voyais mourir sous mes pieds, je n'eut pas besoin de chercher grande motivation pour foncer dans le portails espérant qu'il me conduirait ailleurs que ce monde. Tous mon corps tremblait sous l'effet de la pressions du tunnel, mais je m'accrochais à l'envie d'aller au fond de ce trou pour voir se qu'il y avait derrière.


J'arrivais enfin à destination, tous étais flou je ne voyait plus rien que des images blanches, je prit quelque seconde pour reprendre mes esprits, tous étais différent que dans le monde d'où je venais je ne reconnaissais rien ici, toutes ces couleurs me faisaient mal au yeux, une telle intensité je ne pouvais le croire. Je voyais qu'autour de moi pleins de portails étaient disposer en ligne, comme si on attendait des visiteurs, je n'eut pas le temps de réaliser qu'un panneau ne me demander pas comment m'étais tomber sur la tête. Je prit le panneau et lut se qui étais marquer dessus.

"Pensionnat de l'Antre Monde, Bienvenue Monsieur Ryo Natsumi "

Je restait choquais sous l'effet de la pancarte qui me tombe sur la tronche mais je me levais déjà et avançais en direction du pensionnat.

[Hors Histoire j'ai éditer pour rajouter quelque ligne de plus car je trouvais cela un peu flou voila ^^ ]


Dernière édition par Ryo Natsumi le Jeu 22 Avr - 19:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aionguildejustice.nextgenforum.com/
Helena C. Quinn
~ Infirmièr(e) au pensionnat ~
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 16/01/2010
Age : 25
Localisation : Entre aujourd'hui et demain.

Feuille de personnage
Sexualité: Hétérosexuel(le)
Situation (sentimentale) de votre personnage: En quoi cela vous regarde ?
Amant(e/s): La Faucheuse.

MessageSujet: Re: Concours important pour la suite de vie de notre forum !   Dim 11 Avr - 16:16

Et hop, fini. Voici ma contribution.

    Au départ, je cru assister à un de ces rêves, où on marche sans vraiment avancer. Où se situe la réalité ? Avais-je les pieds dedans à ce moment ? Avec le recul, je me demande encore comment j’avais réussi à arriver ici. Et puis… plus je fermai les yeux, plus la scène se revoyait, nette. C’était une île – au début, une tâche informe de couleurs pâles, fugitives, en suspension dans l’obscurité. Et puis, si je plissais plus fort les paupières, les tâches commençaient à prendre forme, et les couleurs devenaient si éclatantes que, si j’avais encore cligné des yeux, elles auraient pris feu. Juste avant le point de combustion, l’île… devenait réelle. L’Antre Monde montrait son vrai visage.
    Il existe en effet un conte, une légende, sur cet endroit, l’île de l’Antre Monde. Un immense lac brumeux qui avalaient les sons, et, au centre, un îlot unique. Même de loin, on pouvait y voir une bâtisse délabrée qui la surplombait, sans vie, et plusieurs rumeurs courent à son sujet. L’ancien manoir d’une femme riche, qui s’y est immolée, ainsi que sa famille. Une vieille école ou tout les enfants auraient péris lors d’un incendie. Un homme atteint de folie multipliant les expériences, jusqu’à ce que l’une d’elle explose… Chaque théorie, toutes plus dingues les unes que les autres finissaient par avaler la vérité dans les flammes. Car depuis, une pluie de cendre tombait doucement sur l’eau, teintée de gris, et empêchaient tout accès au cœur de l’endroit sans asphyxie. Aujourd’hui, je sais que certains s’y aventurent par curiosité, mais seuls ceux ayant un but précis n’en reviennent jamais. On dit aussi qu’il conduit à ce que vous cherchez au plus profond de vous, ce qui vous ait de plus cher.
    En effet, je cherchais quelqu’un. Pour une vendetta, par passion, je ne sais pas. La seule certitude est qu’il se trouvait ici. Alors je décidai de m’y rendre, à cet Antre Monde. Seule. Le temps était clair, dégagé, et je me procurai une embarcation légère pour visiter l’île. Plus je m’enfonçai, plus la brume était épaisse… Et le ciel sombre, grondant. Mon centre émotionnel se mit à dysfonctionner aussi. La peur, l’angoisse, et la lâcheté qui auraient du m’enserrer laissa place à l’exaltation, la curiosité morbide, et cette envie de m’enfoncer encore et encore. Sauf que le souffle me manquait. Je ne devais abandonner, pas maintenant, pas si proche du but… Tu es là, au loin, j’entends tes inflexions… Ne laisse pas mes yeux se fermer, et ma vitalité me quitter. Oui, cette lumière lointaine, ce point incandescent, il m’appelle. J’arrive…
    Et c’est ainsi que je me suis éveillée. Allongée sur le dos, je ne voulais que mes yeux s’ouvrent, je souhaitais seulement m’endormir. J’avais deux choix, la lumière du vrai, et le noir de l’illusion. Etais-je au paradis ? Non… Ca faisait bien trop mal. Car la réalité, c’était sentir mon corps se tordre de douleur, alors que celle-ci m’empêchait de bouger, d’hurler. L’obscurité n’était pas aussi agitée, alors pourquoi ne pas s’y risquer ? J’étais comme une suppliciée au bûcher. J’avais en effet vécu une bien triste vie, entre le pêché et le crime, mais qu’avais-je fais qui justifiait une telle douleur ? Je ne voulais ouvrir les yeux, et découvrir mon corps noirci jusqu’à l’os. Car oui, je brûlais à l’éternel, le temps écoulé fusse-t-il d’une seconde ou d’une semaine. Et puis… deux changements s’opérèrent en moi. Le premier fut que la douleur disparaissait, aux doigts et aux orteils, que je parvins à bouger lentement. Mais mon cœur battait bien plus vite, et la douleur des flammes intérieures se concentrait ici. Comme si celle-ci se canalisait en mon sein, oubliant le reste de mon corps. Mes bras, puis mes jambes furent libérés, puis mon visage. Mon cou… Mon ventre… Ma poitrine… Mais mon cœur s’emballait, de plus en plus douloureux, à vif. Je n’osais pas bouger, ni ouvrir mes lèvres, de peur que je ne me mette à hurler. Et enfin, mon corps se cambra, comme si mon cœur était happé vers le haut. Au paroxysme de sa fureur, il tambourinait dans ma cage thoracique. Et puis… Le calme. Il s’était arrêté net. Etais-je enfin morte ? Ma carcasse avait-elle finit de brûler ? Boum. Qu’était ce bruit ? Je ne parvenais pas à en saisir la source. Boum. Cela venait de moi ? Boum. Mon cœur ? Boum boum. J’étais vivante ! Boum boum. J’avais survécu…
    Alors, je me décidai d’ouvrir les yeux. A ma grande surprise, la lumière crue du soleil me frappa la rétine, et je me relevai prestement. La mémoire revint par à-coup, mon objectif, les légendes, les incendies, ma traversée, puis, plus rien, hormis le feu intérieur. Physiquement, j’étais la même, mais autour de moi, tout avait changé. L’eau était paisible, le ciel dégagé, et la bâtisse derrière moi était en parfait état. Etrangement effrayant. Alors tout se mit en place… L’Antre Monde. La réalité qu’elle avait. Sa propre réalité, dans son propre monde. Et je sut aussi que je terminerai ma pauvre existence en ce lieu.


Beuh, désolée, c'est court. u.u Si il y a un soucis, dites moi. (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evy Kira
/!\ Admin /!\
avatar

Messages : 309
Date d'inscription : 10/01/2010

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel(le)
Situation (sentimentale) de votre personnage: Célibataire et fier de l'être.
Amant(e/s): Personne en particulier.

MessageSujet: Re: Concours important pour la suite de vie de notre forum !   Ven 21 Mai - 14:03

J'attends Nathanaël qui semble être revenu et je clôture le tout.

Si vous souhaitez participer, il vous reste peu de temps!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionnatantremonde.forumactif.org
Ryo Natsumi
~ Professeur d'Anglais ~
avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 11/02/2010
Age : 27
Localisation : Dans une grotte ^^

Feuille de personnage
Sexualité: Homosexuel(le)
Situation (sentimentale) de votre personnage: En quoi cela vous regarde ?
Amant(e/s):

MessageSujet: Re: Concours important pour la suite de vie de notre forum !   Sam 5 Juin - 1:49

Moi j'ai déjà poster j'attend le résultat *saute comme un fou remplis d'excitation *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aionguildejustice.nextgenforum.com/
Nathanaël Mydycan
~ Pensionnaire de 2 ème année ~
avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 19/01/2010
Localisation : là où il y à du chocolat! <3

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel(le)
Situation (sentimentale) de votre personnage: En couple !! <3
Amant(e/s): Damné... propriété privée

MessageSujet: Re: Concours important pour la suite de vie de notre forum !   Dim 6 Juin - 23:28

Les voix résonnaient encore en moi. Mon arrivée à Antremonde. Le genre de journée qu’on n’oublie pas, qu’on ne peut oublier. Trop important pour le reste de ma vie. Vous voulez que je vous raconte ?
Tout commença un matin….

_ Nathanaël, lâche ce gâteau et va te préparer !
_grmllmdijhgufg
_C’est la cérémonie de ta sœur ! Tu ne peux pas la rater, je te l‘interdis !


Je pestais pour la forme car je mourrais d’envie d’y aller. Depuis que j’avais déserté mon ancienne famille, depuis que j’avais rompu tout contact avec ma vraie famille. C’était triste à dire, mais je n’aimais pas qu’on me mente et qu’on soit fourbe. Un simple petit détail, mais je pouvais me montrer très rancunier… Ce matin là, j’avais décidé de me réconcilier, de tout… mettre de côté parce que la famille… c’était ce qu'il y avait de plus important non ? Ma sœur recevait sa poussière de fée. C’était un moment important, capital, magique. Le genre qui ne se rate pas sous peine d’intenses regrets !

Le chemin séparant les deux cours ennemies n'était pas long. Les seelies, peuple du soleil. Les Unseelie peuple de la Lune. Appartenir à une pour se retrouver chez l’autre ? Je devais être une des seules fées à l'avoir fait ! Qu’importe, c’était juste une anecdote !
Une matinée de vol tout au plus. Entièrement vêtu de blanc, ma nouvelle famille me donnait les dernières recommandations. Ne pas m’écarter du chemin, ne pas parler aux inconnus, surtout s’ils me proposaient du chocolat !

Rien ne laissait présager ce qui allait m’arriver. Rien. Le ciel dégagé laissait place à un soleil éclatant, inondant de ses rayons la foret, barrière et protection des deux royaumes. C’était un immense bonheur de pouvoir voler en toute inconscience ! Toutes mes pensées étaient dirigées vers l’accès à la majorité féerique de ma sœur. J’étais heureux, aussi mon optimisme m’a peut-être rendu imprudent.

Peut-être… Surement…

La fée directrice de l’événement savait que je viendrais et que je serais présent aux côtés de ma sœur lorsqu’elle recevrait sa poussière de fée. Tout devait rester secret. Tout. Aussi je me cachais à la lisière du bois des chapeliers, voletant, attendant, impatient.

L’appréhension était présente. Rien qu’en vous le racontant, une boule vient de se former dans mon estomac. La puissance de cet événement… Le poids de la famille. J’en ai des frissons rien qu’en me remémorant ces instants. Cette cérémonie… C’est quelque chose d’essentiel dans la vie d’une fée. Aussi vital de que de respirer, boire, s’amuser, manger du chocolat.
Je me rappelle du sentiment étrange, à la fois excité, mais qui n’était pas aussi fort que prévu. Après tout je faisais presque comme mon comming out !

C’est un courant d’air magique, soulevant mes cheveux blond qui m’apprit que je n’étais plus seul. Me retournant, je fus confronté à la plus belle porte que je n’avais jamais vue. Le seul mot pouvant définir mon sentiment à ce moment était : petit.
Et ce n’était pas à cause de ma taille! Les fées sont naturellement petites !

L’arche brillait non pas grâce à de la magie, mais simplement aux rayons du soleil, qui narguait l’architecture, la sublimant au possible. Comme si elle prenait vie sous mes yeux. Comme si… elle allait s’avancer vers moi, et me lancer une charade ! On pouvait presque voir les rayons faire des glissades sur les nombreux reliefs.

Lorsque je me suis approché je compris que les reliefs relataient une histoire. Des scènes y étaient représentées, des scènes de la vie de tous les jours peut-être. C’est du moins comme ça que je me le suis représenté. Des créatures encore inconnues s’y trouvaient, prenant vie devant moi, presque en mouvements alors que mes prunelles océans ne pouvaient s’en détacher. Magnifique. Sublime. J’aurais presque voulu faire partie intégrante de cette perfection.

Impressionné je me rappelle avoir faire un pas vers l’arche, puis avoir rebroussé chemin. Puis retourner sur mes pas, attiré inexorablement par elle. Comme un chapelier vers du thé. Comme Clochette vers Peter. Comme une cuillère et son pot de Nutella !

Une douce musique parvint alors à mes oreilles, signalement que la cérémonie allait commencer, que les majeurs allaient s’avancer d’une minute à l’autre. Je fis alors volte face, m’avançant vers l’estrade. Pourquoi ? Une partie de moi n’avait cessé de me hurler qu’il fallait que je parte, que je m’éloigne au plus vite de cet appât doré. Que je n’avais pas le droit d’abandonner ma sœur le jour le plus important de sa vie !

Mais l’autre partie… l’autre… était attiré, voulant passer l’arche. Le voile magnifique laissait apparaitre différents paysages lorsque mes yeux s’y attardèrent. Tantôt une foret verdoyante, tantôt un manoir vivant, tantôt une ville animée. Mes pupilles eurent du mal à savoir si c’était le fruit de mon imagination, ou si au delà de cette porte, une vie résidait. Si c’était une autre réalité.

Le sentiment que j’avais auparavant changea. Je VOULAIS y entrer. Poser un pied dans cette arche. Voir ce qui se passerait. Car elle symbolisait le mystère, l’aventure, la découverte et … et même si j’étais merveilleusement bien à fairytopia, il me manquait quelque chose pour m’accomplir réellement. Et cette arche allait me fournir les derniers ingrédients, j’en étais intimement persuadé.

_Eladorane Mydycan

Un frisson me parcourut. Mais rien à faire, une force indépendante de ma volonté me soufflait d’y aller. De prendre mes petites ailes, et de me laisser porter innocemment, naïvement par un courant d’air qui m’enverrait tout droit vers ce mystérieux passage. Le choix. Tiraillé entre deux côtés de ma personnalité. Combattant, argumentant, n’arrivant pas à se décider.

Un pas vers la cérémonie.
Un battement d’aile vers la porte.

Je plongeais dans l’arche. Ou je fus happé. Je ne sais plus, je me souviens plus. Mais peut importe, le choix venait d’être prit. Lorsque je passai le voile je me rappelle entendre très clairement.

_ J’appelle votre frère, pour célébrer votre majorité. Nathanaël si tu…

Il m’a fallut un petit moment lorsque je me suis rendu compte que ce n’était pas un rêve. J’étais de l’autre côté, dans la foret que j’avais cru apercevoir quelques instants plus tôt. Le choc. Le portail se referma derrière moi et je jure sur mes réserves de chocolat, qu’il m’a fait un clin d’œil. Me laissant là.

Antremonde.

Si c’était à refaire ? Pour rien au moindre je voudrais oublier ce qui se passe ici. Rien. Chacun à ses rasons pour avoir passé l’arche. Chacun à son passée, mais je dirais qu’ici… Rien n’a d’importance… Sauf le futur que nous construisons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evy Kira
/!\ Admin /!\
avatar

Messages : 309
Date d'inscription : 10/01/2010

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel(le)
Situation (sentimentale) de votre personnage: Célibataire et fier de l'être.
Amant(e/s): Personne en particulier.

MessageSujet: Re: Concours important pour la suite de vie de notre forum !   Dim 13 Juin - 13:35

Concours clos.

On va passer au vote : Vu que j'ai un GROS pb personnel à réglé.
Je met les votes en place vendredi soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionnatantremonde.forumactif.org
Lyssandra Arckshindra
~ Pensionnaire de 3 ème année ~
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 11/01/2010
Age : 26
Localisation : Quelque part, mais bientôt ailleurs...

Feuille de personnage
Sexualité: Hétérosexuel(le)
Situation (sentimentale) de votre personnage: Coeur brisé
Amant(e/s): La Nature...

MessageSujet: Re: Concours important pour la suite de vie de notre forum !   Sam 10 Juil - 13:44

Vote mis en place ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Concours important pour la suite de vie de notre forum !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Concours important pour la suite de vie de notre forum !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 'BillClinton,otez-vous de notre soleil'UN TEXTE QUI CHATOUILLE LES PLEURNICHEURS
» Contre la vie chère, Marc Bazin a un plan pour l'action!
» site pour trouver un avatar
» Combien de chevaux-vapeur sur notre Forum?
» Message important pour CarlX

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pensionnat de l'Antre Monde :: administration :: Annonces-